philipp plein leather,,
philipp plein hoodie,,Climat – le Crédit agricole et la Société générale ne financeront pas de nouvelles centrales à charbon,
philipp plein clutch,,
philipp plein clutch,

Climat : le Cré,Climat – le Crédit agricole et la Société générale ne financeront pas de nouvelles centrales à charbon;dit agricole et la Société géné,Climat – le Crédit agricole et la Société générale ne financeront pas de nouvelles centrales à charbon;rale ne financeront pas de nouvelles centrales à charbon

Un an quasiment après la conférence sur le climat de Paris, la COP21, et à deux semaines de l’ouverture de la COP22 à Marrakech (Maroc), le Crédit agricole s’est engagé,Climat – le Crédit agricole et la Société générale ne financeront pas de nouvelles centrales à charbon, mercredi 26 octobre, à « ne plus financer de nouvelles centrales ou extension de centrales électriques au charbon ». Le lendemain, la Société générale lui a emboîté le pas,Climat – le Crédit agricole et la Société générale ne financeront pas de nouvelles centrales à charbon, promettant « l’arrêt de l’ensemble de nouveaux financements de projets de centrales thermiques au charbon ou des infrastructures associées, partout dans le monde » à partir de janvier 2017. Ces deux annonces n’ont pas convaincu les ONG, notamment les Amis de la Terre, qui demandent un engagement plus important du secteur bancaire dans la lutte contre le réchauffement climatique et l’exploitation des énergies fossiles les plus polluantes. « Dix milliards d’euros d’ici à 2020 » Les promesses du Crédit agricole et de la Société générale interviennent aussi à une semaine du « Climate Finance Day », une initiative du secteur financier qui se tiendra le 4 novembre à Casablanca,lunette soleil chanel,Climat – le Crédit agricole et la Société générale ne financeront pas de nouvelles centrales à charbon, et qui vise à « orienter les flux financiers sur des trajectoires bas carbone ». Pour Stanislas Pottier, le directeur du développement durable de Crédit agricole SA,prix persol, il s’agit d’intensifier l’effort amorcé par la banque en 2015 : l’annonce d’abord d’un engagement « à ne plus financer les mines de charbon et les entreprises qui y sont majoritairement investies », puis le désengagement des centrales à charbon dans les pays à haut revenu, ce qui excluait en particulier la Chine et l’Inde, principaux consommateurs de cette énergie fossile. « Aujourd’hui, que ce soit pour une nouvelle centrale,persol lunettes, une extension ou une rénovation, dans le monde entier, il n’y aura plus une seule ligne de financement accordée, au-delà des engagements déjà pris », assure Stanislas Pottier. Lire aussi :   Hazelwood, la centrale à charbon « la plus sale d’Australie » La Société générale suit la même voie : « Dans la foulée de l’accord de Paris, et dans le cadre du scénario d’un maintien du réchauffement climatique en dessous de 2 °C développé par l’Agence internationale de l’énergie, la Société générale s’est engagée à ramener la part du charbon dans la production d’électricité,Climat – le Crédit agricole et la Société générale ne financeront pas de nouvelles centrales à charbon, son mix énergétique, à 19 % à fin 2020 », explique Jean-Michel Mépuis, le directeur du développement durable. Pour atteindre ce but, il ne s’agit pas tant de réduire la part du charbon que de développer l’investissement dans les énergies renouvelables, en doublant le financement des projets dans ce secteur. La Société générale promet « une enveloppe de 10 milliards d’euros d’ici à 2020 ». « Les banques vont toujours au charbon » Mais ces ambitions vertes ne concernent que les futurs projets. Et les Amis de la Terre, s’ils saluent la mesure annoncée par les deux banques, rejoignant l’engagement déjà pris par Natexis, dénoncent aussi « un double jeu ». « Ces deux banques n’entendent pas se retirer des projets de centrales à charbon en Indonésie [un pour la Société générale et deux pour le Crédit agricole],Climat – le Crédit agricole et la Société générale ne financeront pas de nouvelles centrales à charbon, elles vont continuer à financer des entreprises qui, elles, investiront dans le charbon. La Société générale finance un projet polluant en République dominicaine », dénonce Lucie Pinson,lunette oakley prix, chargée de campagne aux Amis de la Terre. « De deux choses l’une : soit le charbon est nocif, et il faut se désengager le plus vite possible, soit il ne l’est pas, alors pourquoi annoncer ce désengagement progressif ? »,lunette chanel homme, s’interroge-t-elle. Dans un rapport qui devrait être publié la veille du Climate Finance Day, plusieurs ONG (Amis de la Terre,Climat – le Crédit agricole et la Société générale ne financeront pas de nouvelles centrales à charbon,film en ligne gratuit, Fair Finance France, BankTrack) dénoncent « des banques qui vont toujours au charbon, malgré leurs promesses ». Elles ciblent en particulier la BNP Paribas, « qui autorise toujours le financement direct de centrales à charbon » et « n’a toujours pas exclu certains de ses clients qui développent massivement de nouveaux projets charbon ». Lire aussi :   L’Inde, troisième pollueur mondial, a ratifié l’accord de Paris sur le climat Les banques, elles,lunette diesel homme, préfèrent souligner leurs avancées, faisant du secteur bancaire français le premier au monde à exclure tout financement direct du secteur énergétique le plus polluant. « C’est un renoncement important, notamment dans les pays en développement : on refuse des clients, des projets. C’est un choix fort pour accompagner la transition énergétique », affirme Stanislas Pottier. Rémi Barroux Journaliste au Monde Suivre Aller sur la page de ce journaliste

廣告